Publicité

Nexira maîtrise le sourcing lointain pour garantir des extraits bio de qualité

Publi-Reportages 23 Août 2017
Nexira maîtrise le sourcing lointain pour garantir des extraits bio de qualité
Poudres d'extraits végétaux - ©Nexira

 

L’entreprise française Nexira, historiquement reconnue comme fournisseur de gomme d’acacia, a étendu son savoir-faire dans le sourcing et la production d’ingrédients naturels il y a 10 ans. Grâce à l’acquisition de 2 sites dans le Sud-Ouest de la France, elle dispose depuis d’un outil d’extraction végétale dédié à ses gammes Nexira Health.

L’agriculture biologique est inscrite dans l’ADN de cette entreprise familiale. Nexira défend une production durable et équitable de la gomme d’acacia au Sahel depuis plus de 120 ans[1]. Elle a été la première à s’investir dans la certification biologique de cette gomme multifonctionnelle. Les extraits végétaux phares de sa gamme santé avaient été développés en bio dès leur origine et Nexira a choisi de les déployer. L’extrait de cactus est l’un de ses actifs, dont le marché bio est même plus important en bio qu’en conventionnel aujourd’hui.

Mais le succès de gammes biologiques dans le domaine des extraits végétaux repose sur chacune des étapes cruciales que sont le sourcing et l’extraction.

 

 

Entretien avec Nicolas Puillet, Directeur Achats de Nexira division Health.

 

 

 

L’exigence dans les approvisionnements bio au cœur du savoir-faire

« Si je le pouvais, j’achèterais toutes nos matières premières en bio », affirme Nicolas Puillet, conscient des diverses pollutions des plantes sur les différents continents où Nexira s’approvisionne. « Cela implique une vigilance accrue sur certaines zones, des plans qualité renforcés et une très bonne connaissance des filières ». Pour chaque nouvelle plante sélectionnée, une évaluation du sourcing est faite, sur des critères de qualité mais aussi de durabilité.

Cranberries

Récolte des Cranberries - ©Nexira

Pour la récolte sauvage d’Harpagophytum, par exemple, Nexira veille à ce que seules les racines secondaires soient prélevées, afin de préserver la ressource naturelle. Sur ce type de plantes sauvages africaines, aucun problème de contamination n’est rencontré et la certification biologique n’est qu’une formalité. Mais ce n’est pas le cas de la plupart des plantes.

La production de canneberge biologique en Amérique du Nord ne représente qu’1% de la production globale et les problèmes de contamination croisée sont fréquents. Le risque de contamination est tel, dans certains pays, que seule, la connaissance sur le terrain des différentes zones, couplée à des plans de contrôles exigeants, permettent de sécuriser les achats en bio. Face au manque de disponibilité qui s’ajoute de surcroit à la difficulté du sourcing bio, Nexira se voit dans l’obligation de diversifier ses fournisseurs. « Pour notre métier, notre exigence n’est pas seulement sur la qualité des plantes mais aussi sur la teneur en actifs de celles-ci », précise Nicolas Puillet.

Arrivage de thé vert biologique sur le site Nexira de Lamothe-Montravel - ©Ingrebio

S’approvisionner dans les contrées lointaines pour valoriser la richesse de la nature est l’une des voies développées par Nexira division Health. Cependant, ce n’est pas la seule. « Une partie de notre gamme est aussi obtenue à partir de la valorisation de coproduits », ajoute Nicolas Puillet. Les coproduits, pour certains même locaux, sont utilisés comme matière première et nécessitent la même exigence de qualité.

Aussi lorsque Nexira s’engage en contractualisant avec ses producteurs bio, le risque est également de ne pas obtenir des plantes aussi riches qu’escompté. Là encore, « c’est notre bonne connaissance du terrain qui nous permet de limiter au mieux ces risques en sélectionnant nos partenaires ». Et Nicolas Puillet de souligner que la contractualisation sur ces bases permet aussi bien souvent de réduire les écarts de prix de revient des matières premières biologiques par rapport au conventionnel.

 

Le choix des procédés pour préserver les actifs

Nexira est spécialiste des extraits végétaux naturels. Une fois les matières premières sélectionnées, elle se doit donc d’en valoriser au mieux toutes les ressources. Le procédé d’extraction des principes actifs est donc choisi, pour chaque matière, en fonction de leur fragilité et de leur concentration, afin de les préserver au maximum. Le site de Lamothe-Montravel en Dordogne dispose de différentes technologies d’extraction et de concentration qui permettent donc d’établir l’itinéraire le plus adapté pour la matière première mais aussi en fonction du besoin du client.

Triple concentrateur à l'eau Nexira - ©Ingrebio

Les plantes biologiques et les plantes les plus concentrées en actifs ne subissent qu’une extraction à l’eau. L’élution à l’éthanol n’est utilisée que pour obtenir les extraits les plus concentrés. « La concentration des extraits biologiques peu concentrés peut se faire grâce à notre concentrateur triple effet qui permet une évaporation de l’eau à 60°C seulement, préservant le produit sans le cuire », détaille Nicolas Puillet.

Pour l’étape de séchage des extraits, Nexira dispose aussi de plusieurs solutions sélectionnées également en fonction du produit. Le séchage par atomisation est le procédé le plus courant, mais les produits à haute valeur ajoutée ou plus fragiles seront, de façon privilégiée, séchés en étuve sous vide.

Comme pour tous ses sites, Nexira est certifiée FSSC 22000 pour les sites de sa division Health, et une attention particulière est portée aux rejets pouvant être générés par les usines. Ainsi, l’éthanol est recyclé pour ne générer aucune pollution des eaux, par exemple.

 

Une offre bio inéluctable pour les innovations à venir

Premiers essais d'extraction et de caractérisation des actifs d'une plante en labo R&D Nexira - ©Ingrebio

En R&D aujourd’hui, des racines, des branches, des feuilles se pressent sur les paillasses, dans l’attente d’être analysées. Le potentiel des plantes trouvées aux quatre coins du globe sera évalué au regard de la bibliographie existante, de la caractérisation des actifs trouvés, de la traçabilité possible et du sourcing possible.

De nombreuses possibilités sont à développer aussi pour la valorisation de coproduits en extraits végétaux à fort potentiel. « Aujourd’hui, il est pour nous inimaginable de créer un nouveau produit et de ne pas le considérer en bio », souligne Nicolas Puillet.

Afin d’appuyer son expertise, Nexira s’appuie donc sur ses partenaires locaux et sur ses zones déjà certifiées par Ecocert en bio, pour dénicher les pépites nutraceutiques bio de demain.

 

Retrouvez les ingrédients biologiques de Nexira dans l'Annuaire d'Ingrébio.
Plus d'infos : http://www.nexira.com/fr/


[1] Nexira soutient en particulier l’ONG SOS Sahel depuis 2010.