Publicité

Crise inédite du beurre : quelle visibilité pour la filière bio?

Dossiers 29 Sep 2017
Crise inédite du beurre : quelle visibilité pour la filière bio?
Une conjoncture inédite pour les matières grasses - ©Ingrebio

 

Les entreprises utilisatrices de matières grasses laitières et en particulier de beurre tirent la sonnette d’alarme depuis plusieurs mois. Le prix du beurre s’est envolé et pour certains la situation de pénurie est même avérée.

En bio, l’alerte avait été lancée dès la fin d’année 2016, lorsque le beurre bio manquait déjà sur les étals. La crème fraîche et les fromages de vache se raréfiaient également. Une situation que ressentaient également les transformateurs utilisateurs de matières grasses laitières. Un an après, le prix du beurre bio en magasin a gonflé de 9%, et les transformateurs bio n’entrevoient pour l’instant pas d’issue à court terme à la pénurie avérée de beurre et de crème.

Effet de conjoncture globale ? ou hasard des calendriers ? Si certaines causes se distinguent entre bio et conventionnel, on ne peut que constater que la crise du beurre Bio est aussi liée aux difficultés du marché conventionnel.

Une mise en parallèle qui tente d’éclaircir les raisons d’une crise inédite pour la filière lait.

Quant aux perspectives, si les experts du secteur s’accordent à dire que 2018 sera prometteuse pour la collecte de lait bio, que nous réservent les stratégies des laiteries pour l’offre en matières grasses laitières ?

 

Les causes de la pénurie de beurre Bio

Première cause imputable : la croissance de la demande en produits laitiers bio

D’après le baromètre de l’Agence Bio/CSA, les français plébiscitent les produits laitiers bio en faisant d’eux les produits bio les plus consommés derrière les fruits et légumes. Les produits transformés tels que le beurre sont cités par 37% des français en 2016.

Le marché des produits laitiers bio augmenterait de 15 à 22% selon les segments. D’après les chiffres publiés par le CNIEL, la consommation de beurre bio a augmenté de +11,6% en GSA en 2016[1]. Et le beurre bio représente aujourd’hui 4% du beurre français.