Publicité

Adoption du texte de règlement bio européen : une avancée majeure

Adoption du texte de règlement bio européen : une avancée majeure
Un cap décisif pour un nouveau règlement bio - ©Commission Européenne

 

L'accord de trilogue, compromis pour un nouveau règlement bio conclu en juin dernier, a été adopté par les Etats Membres lors du Comité spécial agriculture (CSA) ce lundi 20 novembre et par la Commission parlementaire de l'agriculture le 22 novembre. La prochaine étape reste encore l'approbation en plénière au Parlement et par le Conseil des ministres... pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2021.

Le texte retenu prévoit le maintien des contrôles annuels sauf dérogation, des mesures pour éviter les contaminations aux pesticides et des règles plus strictes pour les importations. Il vise à mieux encadrer les exploitations mixtes conventionnel/bio et interdit la culture hors-sol comme l’hydroponie.

L'IFOAM EU reconnaît les efforts considérables déployés par les institutions pour améliorer le texte et se félicite qu'un certain nombre de préoccupations soulignées par l’organisme ont été prises en considération. « Certaines améliorations ont été apportées et nous avons résolu certaines des incohérences précédemment mises en évidence », précise Christopher Stopes, Président de l'IFOAM EU. En France, le SYNABIO, Syndicat des transformateurs bio considère aussi qu’il y a des points de progrès par rapport aux versions précédentes.

Cependant, les organismes acteurs de la bio ne s’enthousiasment pas non plus de ce nouveau règlement « loin d'être un texte idéal » et donc certaines règles seront difficiles à mettre en œuvre. « Certains points, en particulier les dérogations au contrôle annuel, seront des points de vigilance », constate Charles Pernin, délégué général du Synabio.

« Nous demandons donc que les institutions de l'UE et les États membres s'engagent fermement à travailler ensemble pour remédier immédiatement aux faiblesses importantes qui subsistent », réclame Eduardo Cuoco, directeur d'IFOAM EU, qui craint sinon que le développement de la production biologique et sa mise à disposition auprès des citoyens européens soient sérieusement entravés.

« Nous avons 3 ans pour davantage cadrer ces points-là, notamment au travers des règlements d’application », conclut aussi Charles Pernin.

 

Pour en savoir plus sur les nouvelles règles du réglement bio, la Commission Européenne a publié une fiche d'information dédiée.