Publicité

Vanille : une filière sous tension

Analyse, Dossiers 02 Jan 2018
Vanille : une filière sous tension
Gousses de vanille - ©Ingrebio

 

L’arôme vanille est le plus populaire et le plus utilisé au monde. Paradoxalement, la gousse est devenue la matière première la moins employée pour l’obtenir, y compris dans le segment des arômes naturels. Mais l’industrie des arômes ne peut s’en passer.

Une conjoncture houleuse pour la vanille

Depuis notre dernier dossier "La vanille biologique et ses dérivés..." en 2014, et après une décennie d’offre supérieure à la demande, la vanille connait une situation dramatique : elle se traduit par une explosion des prix avec une chute drastique de la qualité du produit malgache et des effets collatéraux susceptibles de remettre en question la durabilité de la filière. Cette situation a été causée principalement par l’inversion de courbe entre offre et demande, aggravée par des caractéristiques intrinsèques à cette filière et au pays, des facteurs météorologiques, de gouvernance (ou d’absence de gouvernance, c’est selon...) et politiques.

La vanille est devenue l’épice la plus chère après le safran mais dans des conditions particulières de corrélation inverse des prix à la qualité. Depuis 2013, le prix a été multiplié par 10.  Il varie de 450 à 700 USD/kg FOB selon la qualité

Auteur : Bettina Balmer

 

image_print