Publicité

Les blés anciens : une réponse aux problèmes nutritionnels et environnementaux ?

Analyse, Qualité 20 Sep 2018 15 minutes de lecture
Les blés anciens : une réponse aux problèmes nutritionnels et environnementaux ?
Grains et produits bio à base de blés anciens - ©Ingrébio

 

Brioche au blé

Brioche bio au blé khorasan - ©Ingrébio

L’intérêt pour les blés anciens est en forte augmentation. On le constate chez les consommateurs, à la recherche de céréales avec moins/sans gluten, plus saines ou plus faciles à digérer, mais aussi chez les industriels du secteur boulangerie - en particulier en bio -, à la recherche d’innovations. Nous pouvions effectivement le remarquer lors du dernier salon Europain, où deux minoteries bio (la Minoterie Suire et les Moulins Bourgeois) mettaient en avant par exemple leurs farines de blé de population. Les développements suivent aussi dans les rayons bio : dès 2015, la marque L’Angélus sortait la première brioche à base de blé khorasan. Et cette année, c’est Pain de Belledonne qui marque l’actualité avec la sortie de sa gamme de pains locaux à base de farines de blés anciens régionaux. Afin de redécouvrir des espèces oubliées mais également d’avoir une teneur moindre en gluten dans le produit final, la boulangerie utilise ce type de farines pour ses pains semi-complets bio fabriqués dans les fournils d’Occitanie et d’Île-de-France. Les farines varient selon la région : blé fin de Tauriac, gentille rosso et bladette de Puylaurens, par exemple, en Occitanie.
Mais les blés anciens les plus courants restent encore le petit épeautre, l’amidonnier (emmer) et le khorasan.

Conférence internationale

Conférence internationale sur les espèces naturelles de blé - ©IFOAM

Pour appuyer l’importance de ce sujet, l’IFOAM organisait d’ailleurs à Bologne, du 13 au 15 juin dernier, la première Conférence internationale sur les espèces naturelles de blé pour des systèmes alimentaires sains.
Elle réunissait des scientifiques partageant les mêmes idées pour discuter du sujet des espèces naturelles, incluant les blés anciens, d’héritage et modernes, avec un focus sur la santé et la nutrition. Ces scientifiques ont soulevé certains problèmes engendrés par les variétés modernes de blé et ont partagé leurs travaux sur les alternatives à ces types de blé.

 

 

La perte de la biodiversité

Salvatore Ceccarelli du Rete Semi Rurali, en Italie, précisait pendant cette conférence que, sur les 50 000 espèces de plantes comestibles disponibles sur terre, seulement

 

 

image_print