Le 22 novembre 2018 dernier, l’ITAB et l’iteipmai ont signé pour 5 ans une convention de partenariat pour favoriser le développement des filières biologiques des Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales en France.

 

Mettre en synergie les savoir-faire et expertises des deux instituts

L’Iteipmai dispose d’une expertise pointue des PPAM, notamment en termes de création variétale et de protection des cultures. L’ITAB développe une approche systémique de la production et de la transformation biologique. Il possède en outre une expertise pointue sur des thèmes transversaux comme la gestion des bioagresseurs dans les systèmes de production.

En formalisant cet accord de partenariat, les deux instituts souhaitent analyser ensemble les besoins des exploitations et entreprises de la filière, via la mise en place d’une commission PPAM biologiques. Ils développeront ainsi des travaux de R&D pour y répondre (projets de recherche, demande d’homologation de produits naturels, substances de base, d’AMM). L’ITAB et l’iteipmai engageront également des activités de valorisation des connaissances en commun (évènements, supports techniques).

« La cohérence de cette collaboration réside dans les complémentarités entre un institut, l’ITAB, regroupant les problématiques de la filière Bio (en santé animale et santé végétale en particulier) et l’iteipmai de par son expertise et ses compétences en recherche sur les actifs végétaux au service de ces thématiques », souligne Laurent Martineau, Président de l’iteipmai.

 

Soutenir le secteur des PPAM bio, en constante progression

Les 6000 hectares de PPAM certifiés en agriculture biologique représentent une part significative des superficies de PPAM cultivées en France : 13 % des surfaces soit 3 fois plus que la moyenne toutes productions confondues[1].

Ce mouvement est largement amorcé par les producteurs convertis ou en conversion vers l’AB, en système spécialisé ou mixte. Il est pourtant freiné par des difficultés majeures liées à la protection des cultures, et au désherbage principalement.

« De nombreux producteurs osent passer le cap de la conversion, pour de nombreuses espèces et dans les zones de production nouvelles. Il y a donc besoin de références pour accompagner ces producteurs, ainsi que les entreprises qui valorisent cette production de PPAM bio », précise Xavier Niaux, le Président de l’ITAB.

L’enjeu, en cohérence avec le plan Ambition Bio 2022, est de pouvoir développer l’offre en PPAM pour répondre aux différentes demandes. Ceci passe nécessairement par l’amélioration des conditions de production et de transformation. Par ailleurs, l’insertion des PPAM dans les systèmes de production est un levier prometteur pour tous les systèmes tournés vers l’agro-écologie.

 


[1] V. notre dossier Les PPAM bio françaises, une filière en plein essor, Juil. 2018

 

 

image_print