Les secteurs agricole et agroalimentaire, on le sait, sont aussi source de gaspillage. Un tiers des productions seraient perdues selon la FAO. La lutte contre le gaspillage est donc un des leviers pour une alimentation plus durable. Elle s’inscrit dans les objectifs de développement durable de l’ONU et elle a fait l’objet d’une Loi en France dite « Loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire (AGEC) », qui vise à transformer notre système en profondeur. Si cette loi avec ses 5 grands axes vise avant tout l’usage des emballages, on y trouve 3 principes qui peuvent aussi être pris en compte au niveau de la formulation et du sourcing de produits biologiques : « mieux produire », « lutter contre le gaspillage et pour le réemploi solidaire » et « mieux informer le consommateur ».
Nombreux acteurs de l’agro-alimentaire l’ont bien compris et les produits valorisant des co-produits montrent un fort dynamisme. Aux États-Unis, un projet est même en cours pour une règlementation – et certification – pour ces produits issus de l'« upcycling ».
Suite à notre article « Valorisation des co-produits et lutte contre le gaspillage », paru début 2020, comment ce marché a-t-il évolué ? Quelles nouvelles initiatives ont vu le jour ?

 

Les produits finis explorent toutes les ressources

La prise de conscience à la fois de l’ampleur du gaspillage alimentaire et du potentiel des ressources jetées est de plus en forte. Elle est appuyée par des projets de recherche, mais surtout nettement propulsée par les start-ups.
La valorisation des co-produits des industries agroalimentaires utilisent principalement 4 débouchés aujourd’hui :

  • La valorisation agronomique (engrais et amendements organiques, compostage et épandage) est l’une des plus anciennes
  • L’alimentation animale représente la principale voie de valorisation des coproduits
  • Plus récente, la production d’énergie (méthanisation, incinération et combustion) est une voie intéressante localement et dans une recherche d’autonomie énergétique
  • Celle à plus forte valeur ajoutée est sans nul doute la production de matières premières à destination d’autres industries (agroalimentaire, cosmétique, pharmaceutique, …).

Pour ces derniers, les projets ont la particularité d’avoir comme point de départ une ressource « déchet » identifiée comme « vivier » disponible - et des entrepreneurs débordant d’imagination. En tous les cas suffisamment pour leur donner une seconde vie, révéler ses potentiels nutritionnels et la rendre alléchante pour le consommateur.

 

L’économie circulaire et l'upcycling autour des micro-brasseries

La valorisation des drêches de brasserie a marqué un tournant pour ce nouveau marché. Avec des initiatives telles que Résurrection qui se sont fait remarquées dès leur lancement en 2017 puis en gagnant plusieurs concours, on peut même dire, qu’elle a ouvert la voie en France. Depuis, on ne compte plus les marques lancées. Les Nouilles de Ramen tes Drêches ont été remarquées par plusieurs concours nationaux (1er prix Concours National de la Création Agroalimentaire Bio, Lauréat du concours startup MADE catégorie Nouveautés durables / Nouvelles initiatives environnementales et Prix de l'Engagement éco-responsable au Concours IdFood).
En Savoie, d’autres biscuits apéritifs se fabriquent avec

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

S'ABONNER

ingrebio-logo-fr-et-baseline-carre-300x300
Tous les contenus en illimité
à partir de 16€/mois

image_print