Sans surprise, cette édition européenne du Sustainable Foods Summit 2021 a eu lieu à distance. Quatre matinées pour aborder les thèmes des développements durables, des ingrédients alimentaires, du sourcing éthique et transparent et enfin, de la diversité alimentaire et du marketing. Un programme assez complet, très centré Europe du Nord (anglais indispensable) mais qui n’a pas attiré autant de participants que les éditions en présentiel. Pourtant, l’événement a réussi à mettre en exergue quelques idées fortes comme la nécessité de retrouver une agrobiodiversité, tout en faisant le lien avec les autres piliers du développement durable.

Présentation OPTA EU au Sustainable Foods Summit 2021.

Présentation OPTA EU.

La séance d’ouverture réalisée par Stefan Hipp, Président de l’OPTA-EU[1] a pris la tournure d’un plaidoyer pour l’agriculture biologique et pour la vision de l’association (‘’de la fourche à la fourchette’ : bio à 100% à l’horizon 2050), face à une politique agricole européenne loin d’être satisfaisante sur ce sujet.

 

Session 1 : les entreprises vont plus loin en matière de développement durable

Un panorama mondial de la situation a été dressé par Amarjit SAHOTA, fondateur et président d’ECOVIA INTELLIGENCE, organisateur de ce sommet : tendance de développement des filières sous écolabels, développement de simili produits carnés, évolutions en matière de distribution alimentaire, sous l’angle bien évidemment de l’impact du Covid sur la consommation. Son exposé a été complété par celui d’Henri DELANGHE, consultant recherche à la COMMISSION EUROPÉENNE qui a fait le point sur le plan d’action de la nouvelle politique bio européenne avec l’objectif à 2030 d’atteindre 25% de surfaces bio dans l’UE, objectif ambitieux s’il en est.

Les entreprises s’activent entre temps comme le témoignait

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

S'ABONNER

ingrebio-logo-fr-et-baseline-carre-300x300
Tous les contenus en illimité
à partir de 16€/mois

image_print