L’Organic Food Conference est un évènement organisé annuellement par IFOAM Organics Europe. L’édition 2021 avait lieu les 30 septembre et 1er octobre à Varsovie en Pologne, en collaboration avec la Chambre polonaise de l'alimentation biologique (PIZE) et était retransmise en direct. Cette conférence se veut être un lieu de rendez-vous privilégié pour les acteurs de la bio, en particulier pour les transformateurs, détaillants, négociants, importateurs et organismes de contrôle de l'alimentation biologique. Elle a permis de parcourir les différents enjeux actuels pour la transformation de produits alimentaires biologiques, comme les changements attendus avec le nouveau règlement européen sur l'agriculture biologique, la question de l'emballage des produits biologiques, et les nouvelles connaissances apportées par le projet ProOrg sur les procédés de transformation bio. Ceci dans un contexte politique de Green Deal européen qui sous-tend la question : « Comment atteindre l'objectif de 25% de terres biologiques d'ici 2030 ? ».

Les politiques publiques doivent être ambitieuses

Janusz Wojciechowski lors de son discours de clôture à l'Organic Food Conference. ©Capture d'écran OFC

Janusz Wojciechowski, commissaire européen à l'agriculture et au développement rural. ©Capture d'écran OFC

Le commissaire européen à l'agriculture et au développement rural, Janusz Wojciechowski, a reconnu dans son discours de clôture que l'agriculture biologique faisait partie de la solution aux crises du climat et de la biodiversité, ayant, de plus, des impacts socio-économiques positifs. « It’s time to take actions », a-t-il exprimé pour marquer son soutien.
Il est essentiel d'augmenter la demande ET l'offre d'aliments biologiques pour atteindre l'objectif de 25% de terres biologiques fixé par l'UE dans le cadre des stratégies "Farm to Fork" et "Biodiversité".
Certains États membres possèdent déjà plus de 20% de leur surface agricole utile en bio (comme l’Autriche à 26,1% ou l’Estonie à 22,3%), quand d’autres en sont loin, comme la Pologne (1,5%) qui accueillait la conférence. L’ambition doit donc être à la mesure de chaque état pour passer de 8,1% (en 2019) à 25% en 2030, au niveau de l’Union Européenne.
« La Pologne va continuer à développer son secteur bio dans les années à venir avec une variété de mesures », soutenait Ryszard Kaminski, Sous-Secrétaire d'État polonais.
Mais comment ? Parmi les leviers identifiés par les différents orateurs, la sensibilisation des magasins et des consommateurs aux avantages de l'agriculture biologique, la formation et l'éducation des agriculteurs à la production biologique et les politiques européennes intelligentes, sont les plus importants.
Et pour accompagner cette croissance, il apparaît également nécessaire de collecter davantage de connaissances et de données pour mieux comprendre le développement du secteur biologique, notamment en ce qui concerne le commerce de détail, les canaux de vente et le commerce intra-européen.

 

Agir sur la chaîne de valeur de l’alimentation bio

Présentation de Biokunststofftool d'AÖL. ©Capture d'écran OFC

Présentation de Biokunststofftool d'AÖL. ©Capture d'écran OFC

Cela passe par une meilleure structuration des chaînes d'approvisionnement et une coopération accrue entre tous les opérateurs biologiques de la chaîne de production sont essentielles pour remédier au manque d'infrastructures locales, adapter les types de production, innover et développer l'élevage biologique.
Une rémunération juste et des accords à long terme entre les producteurs, les transformateurs et les détaillants sont également essentiels pour garantir l'équité dans la chaîne de valeur biologique.
Les opérateurs doivent aller plus loin dans l’application des principes de l’agriculture biologique, notamment celui de l’écologie, en intégrant les emballages dans leur démarche. « Moins, c'est plus » lorsqu'il s'agit d'emballer des produits biologiques. Les travaux de l’institut allemand AöL ont été présenté comme source d’informations sur ce sujet (Biokunststofftool).
Enfin, le développement d’un label environnemental, comme le Planet-Score, basé sur l'analyse du cycle de vie et tenant compte d'indicateurs supplémentaires, tels que la biodiversité, l'impact des pesticides et le bien-être des animaux, pourrait constituer une alternative complète comme base du "cadre d'étiquetage des aliments durables", complétant le NutriScore, déjà utilisé dans plusieurs États membres.

 

Se préparer à la nouvelle réglementation bio

Présentation du projet ProOrg avec Roberto Pinton à l'Organic Food Conference. ©Capture d'écran OFC

Présentation du projet ProOrg. ©Capture d'écran OFC

Les opérateurs, transformateurs et négociants biologiques doivent se préparer aux modifications réglementaires concernant l'utilisation des arômes, les produits de nettoyage et de désinfection, la gestion des résidus, la certification de groupe et les importations afin de garantir une mise en œuvre réussie du nouveau règlement biologique de l'UE, applicable à partir du 1er janvier 2022. IFOAM Organics Europe annonce qu’il facilitera cette transition grâce à un guide pour les opérateurs biologiques, qui sera publié dans les semaines à venir.
Un Guide est également en cours de préparation pour les transformateurs bio, qui pourront ainsi mieux évaluer l’impact des procédés sur les aliments et choisir les plus « respectueux ». C’est Roberto Pinton coordinateur du groupe ProOrg qui l’annonçait, insistant dans son introduction sur le besoin de clarifier les termes « processing with care » du règlement bio.

Conclusion de Jan Plagge à l'Organic Food Conference 2021. ©Capture d'écran OFC

Conclusion de Jan Plagge à l'Organic Food Conference. ©Capture d'écran OFC

« Le principal défi consiste à convertir non seulement les agriculteurs, mais aussi les habitudes d'achat et de cuisine des consommateurs européens. Nous devons avoir une vision globale de la conversion de l'ensemble de la chaîne de valeur » a déclaré Jan Plagge, président d’IFOAM Organics Europe pour conclure cette conférence.
Partout en Europe, les agriculteurs, les transformateurs, les détaillants et les commerçants transforment déjà l'alimentation et l'agriculture et sont prêts à faire leur part pour atteindre 25% de terres biologiques d'ici 2030. IFOAM Organics Europe a réuni des initiatives inspirantes sur une plateforme commune : www.euorganic2030.bio.

image_print