« Cap sur des produits bons pour la santé et la planète ! », tel était le thème de la matinée dédiée à l’alimentation durable et aux ingrédients alimentaires lors du salon CFIA de Rennes le 8 mars 2022. Une session de conférences lors de laquelle nous avons eu l’opportunité de parler de l’offre en ingrédients biologiques et son évolution.

Pour moi (Gaëlle Frémont, fondatrice d’Ingrébio), cela a été aussi l’occasion de partager des messages forts :

L’agriculture biologique, qui a amorcé le virage de la transition agricole et alimentaire il y a 50 ans, prend tout son sens aujourd’hui face à l’urgence climatique. Elle est la seule voie alternative encadrée par un règlement strict qui apporte des garanties de qualité pour la santé et pour la planète aux consommateurs. Il est même nécessaire d’aller au-delà pour répondre aux enjeux environnementaux et sociétaux auxquels nous faisons face.

Conférence Ingrébio "Ingrédients et PAI Bio : 5 tendances à retenir". Ingrébio CFIA

Conférence Ingrébio "Ingrédients et PAI Bio : 5 tendances à retenir" au CFIA. - ©Ingrébio

Parmi les 5 tendances présentées :

  • L’offre en ingrédients biologiques s’est clairement développée pour être aussi fonctionnelle et pratique que les solutions conventionnelles. On gagne en performance (conservation, texture, goût…) pour développer les produits biologiques bons et pratiques.
  • L’engagement des fournisseurs d’ingrédients dans les filières porte ses fruits et permet de limiter l’impact des crises successives. La transparence sur l’origine des matières premières est un véritable levier de confiance -et de marketing- pour les transformateurs bio, quelle que soit l’origine...
  • Un des nouveaux axes de progrès pour tous les acteurs de la filière bio est la biodiversité : on l’observe par le redéploiement de filières de variétés anciennes (de blé, de tomate…), mais aussi par les engagements des entreprises à intégrer cet indicateur dans leurs démarches RSE.
  • La lutte contre le gaspillage a permis de rendre la valorisation des co-produits « valorisable ». Les acteurs engagés dans ce travail relèvent deux défis : la récupération des viviers de co-produits et d’écarts de tris et la recherche de débouchés à haute valeur ajoutée.
  • Je mesure l’engagement des acteurs sur la bio par leurs actions à 360° et leur recherche perpétuelle de solutions pour aller toujours plus loin dans la proposition d’ingrédients sains et durables pour tous, en explorant tous les leviers que sont le commerce équitable, la biodiversité, l’anti-gaspillage, le bien-être animal, la préservation des forêts…

Retrouvez l’intégralité de mon intervention en replay :

image_print