Créé en 2021 par des professionnels de l’agro-alimentaire Bio, le collectif BiodiScore poursuit son développement en 2022. Son objectif : faire progresser la biodiversité sur les parcelles et reproduire l’effet mosaïque des cultures. BiodiScore regroupe aujourd’hui une vingtaine d’adhérents, producteurs, transformateurs, distributeurs et organismes de conseil ou associatifs.

Le collectif BiodiScore a récemment présenté son plan d’action 2022, qui comprend plusieurs axes :

  • Renforcer la feuille de calcul afin de répondre à la grande diversité des exploitations grâce notamment à l’usage d’utilitaires et d’une nomenclature établie par l’Agence Bio ;
  • Numériser la feuille de calcul pour une saisie simplifiée par les producteurs et regrouper les données afin de pouvoir se situer dans une filière ;
  • Accueillir une stagiaire encadrée par un adhérent – l’Association Française d’Agroforesterie
  • Proposer des formations par un adhérent producteur à des responsables filières pour partager l’outil au sein de la filière et présenter concrètement ce que représente l’indice BiodiScore sur une ferme en polyculture.
  • Communiquer sur la démarche BiodiScore grâce à ses nouveaux outils de communication : le nouveau site internet et les webinaires diffusés au sein des réseaux de l’agriculture et de conseil.

Le nouveau site internet explique la démarche, présente les adhérents et les avantages du BiodiScore pour les producteurs et pour les transformateurs.

Parmi les adhérents, le Collectif BiodiScore compte Adatris, Arcadie, l’Association Française d’Agroforesterie, Biocoop, Bioplants, Côteaux Nantais, Léa Nature, Olga, les vins Oé, O2M Lab, Pains de Belledonne, Synabio et plusieurs producteurs dans toute la France.

 

Le BiodiScore en quelques mots

C’est le score de la biodiversité. Il mesure l’état de complexité d’un territoire agricole et les imbrications entre les espèces. L’effet mosaïque valorise tout ce qui permet l’imbrication des espèces y compris les haies et toutes les espèces sur une zone géographique définie. Plus la mosaïque se resserre, plus l’imbrication entre les espèces est forte, plus restaurer la biodiversité devient possible.

Quatre paramètres principaux sont pris en compte pour calculer le BiodiScore :

  • Le nombre total de cultures sur l’exploitation

Plus ce nombre augmente, plus la ferme va être diversifiée. Les haies sont prises en compte au même titre qu’une culture. Les animaux élevés vont également être pris en compte pour leur intégration dans l’écosystème.

  • Le nombre de parcelles par type de culture

Plus une même culture est répliquée sur la surface de l’exploitation, plus l’effet mosaïque augmente.

  • Le nombre d’espèces ou de variétés présentes dans une culture

Plus une culture est riche en association d’espèces (prairie permanente, blé-pois, haies, vergers multi-variétés, …), plus l’imbrication des espèces est présente.

  • La durée de présence de la culture dans l’année

La couverture permanente des sols est un élément essentiel à l’interaction entre espèces.

 

Pour en savoir plus : biodiscore.bio

image_print