Créé en 2013 par des agriculteurs et pour des agriculteurs, Agri-Éthique est aujourd’hui le premier label de commerce équitable français.
A l’occasion de ses 10 ans, le label a présenté lors d’une conférence de presse le 26 septembre dernier, son bilan depuis sa création et annoncé ses actions, engagements et grands enjeux pour les 10 années à venir.

Pour construire une agriculture toujours plus responsable et équitable, Agri-Éthique devient société à mission et sera le premier label français à obtenir ce statut. Une première également pour l’évolution de son cahier des charges sous l’accréditation COFRAC qu’il compte obtenir dans le but de renforcer le système de garantie et les audits. Et pour une transition agricole et alimentaire vers un nouveau modèle, Agri-Éthique s’engage également et concrètement dans le mouvement Pour une Agriculture du Vivant. Par ses actions, le label s’engage à assurer la pérennité des filières en ayant un impact positif sur l’économie et l’environnement et en promouvant un modèle de consommation citoyenne.

 

Agri-Ethique, un modèle qui essaime et un label qui a su s'adapter

Né d’une réflexion entre un collectif d’agriculteurs vendéens, deux meuniers et un industriel afin de se prémunir de la volatilité des cours du marché du blé et de garantir un prix rémunérateur et équitable aux producteurs, Agri-Ethique voit le jour en 2013. Depuis sa création, le label n’a jamais transigé sur le respect de son cahier des charges comme de ses engagements et démontre que le modèle économique du commerce équitable d’origine France fonctionne.

Agri-Ethique fixe en effet un cadre contractuel sur une durée pluriannuelle minimale de 3 ans, permettant aux partenaires d'une filière de s'engager autour d'un prix et d'un volume, sans intervenir directement sur le prix de la matière première. Ce qui lui a permis d’accompagner ses partenaires dans leurs évolutions, quels que soient les contextes économiques et malgré le choc ukrainien venu troubler l’équilibre trouvé ces dernières années, passant cette année de 56 % à 61 % de produits d’origine France labellisés et devenant ainsi le label le plus important du commerce équitable origine France.

Outre ses impacts qui sont de garantir une rémunération équitable aux agriculteurs, préserver l’emploi local et agir pour l’environnement, le label Agri-Éthique est un véritable levier pour relocaliser l’agriculture en France et financer la transition agroécologique.
Il compte aujourd’hui 53 filières certifiées, 1692 exploitations agricoles partenaires, 597 références produits, 43 marques labellisées et représente 457 M€ de CA de produits vendus, soit 61 % du CA global du commerce équitable en France (746 M€).

 

Garder le cap avec les trois grands axes de développement : société à mission, accréditation et transition

Aboutissement d’une démarche lancée il y a déjà plusieurs mois, Agri-Ethique est aujourd’hui le premier label de commerce équitable français à obtenir la qualité de société à mission (statuts déposés). Cette démarche lui a permis de se doter d’une raison d’être et de formuler quatre grands objectifs, en regard des Objectifs de Développement Durable (ODD). Chaque mot a été justement pensé, pesé et défini pour que la mission d’Agri-Ethique entraine une dynamique de progression pour chacune de ses parties prenantes.

La démarche d’accréditation Cofrac arrive à point nommé dans cet élan global d’Agri-Ethique pour son évolution vers l’avenir. Si la certification Certipaq Bio actuelle est un élément important et nécessaire, l’accréditation est un pas supplémentaire pour consolider le modèle et garantir que les organismes de certification contrôlent le respect du cahier des charges Agri-Ethique avec compétence, cohérence et impartialité. Le label Agri-Ethique a lancé depuis un an les démarches pour renforcer son système de garantie, avec l’objectif que les contrôles sous accréditation Cofrac démarrent dès la fin de l'année 2024.

Dans cette logique de construction d’un modèle économique créateur de valeur, Agri-Ethique a signé une convention de projet de partenariat avec PADV (Pour Une Agriculture du Vivant), mouvement de coopération et d’innovation, tiers de confiance de la transition agroécologique. Tous deux fondent leurs échanges et leur relation à venir sur des convictions fortes et des objectifs partagés.

 

 

image_print