Le 7 février 2024, le Parlement européen a voté la proposition de loi relative aux "nouvelles techniques génomiques" (NGT). Selon IFOAM Organics Europe, le résultat est un pas en arrière en termes de biosécurité et de liberté de choix pour les consommateurs, mais les députés ont sauvegardé certaines exigences minimales de transparence et ont même réintégré des dispositions de traçabilité et des mesures nationales de "coexistence"[1] sur lesquelles les États membres devraient s'appuyer pour garantir la liberté des agriculteurs de ne pas utiliser le génie génétique.  

 

Les grandes lignes de la proposition de loi pour les NGT

Pour la rapporteure de la proposition, Jessica Polfjärd, les NGT peuvent aider le système alimentaire européen à devenir plus durable et plus résistant en permettant "le développement de variétés végétales améliorées qui peuvent garantir des rendements plus élevés, qui résistent au climat ou qui nécessitent moins d'engrais et de pesticides".

Les plantes NGT 1 seraient exemptées des réglementations strictes auxquelles elles sont actuellement soumises en vertu de la législation sur les OGM, y compris l'étiquetage obligatoire des produits. Cette exemption vise à

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Cet article d'Ingrébio vous intéresse ?

Ingrébio vous permet d'acheter des articles à l'unité pour vous aider dans votre veille !

S'ABONNER

INGREBIO MAG banner
Tous les contenus en illimité
à partir de 17€/mois
 

 

image_print