Les graines oléagineuses se caractérisent par leur teneur en matière grasse, et la possibilité d’en extraire de l’huile pour un usage alimentaire, industriel ou énergétique. Pour la plupart, elles sont produites par des plantes annuelles de printemps ou d’été, de plusieurs familles différentes : les plus connues étant le tournesol, colza, soja mais on peut citer également le lin, le chanvre, le chia (prononcer “tchia”), le millet, la cameline, le sésame ou la courge. Hormis pour le soja et les courges, l'huile alimentaire est leur premier débouché en bio, en lien avec une production de tourteaux en forte hausse, notamment en tournesol, pour la nutrition animale. Selon l'Agence Bio, en 2020, les Français auraient consommé 60 000 tonnes d'huiles bio toutes origines confondues [1]­.

Un nouveau débouché se développe depuis quelques années pour ces graines oléagineuses, qui pour certaines peuvent être consommées entières ou décortiquées. En particulier se développent en France des filières pour les graines de lin, de chia, de chanvre, de courge ou de tournesol qui prennent la place d’aliments à part entière dans les placards. Les graines de lin, de courge et de tournesol sont plébiscitées par les boulangers qui les introduisent dans leurs pains aux graines, mais aussi par les fabricants de mueslis et autres produits de snacking. Commercialiser des graines oléagineuses permet d’élargir les gammes de produits “santé” proposés, dont les consommateurs bio avertis sont friands. Semées au printemps, résistantes et nécessitant peu d’intrants, les acteurs des filières s’accordent à dire que ce sont les cultures bio de diversification par excellence.

 

Le lin : tirer de la valeur ajoutée grâce à une filière oléique déjà bien implantée

Les bienfaits nutritionnels de la graine de lin, notamment sa richesse en oméga-3 (acide gras plutôt rare) sont connus depuis l’émergence de la filière Bleu-Blanc-Coeur qui les valorise dans l’alimentation animale. Les produits obtenus (viande, lait, œufs…) sont riches en acides gras essentiels qui sont assimilés plus facilement par le corps humain. Les variétés de “lin de bouche”, c'est-à-dire de lin cultivé pour sa graine entière destinée à l’alimentation humaine sont les mêmes que celles utilisées en huilerie : le lin brun et

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Cet article d'Ingrébio vous intéresse ?

Ingrébio vous permet d'acheter des articles à l'unité pour vous aider dans votre veille !

S'ABONNER

INGREBIO MAG banner
Tous les contenus en illimité
à partir de 17€/mois

image_print