Le Parlement européen a adopté le 12 mars dernier une directive relative aux allégations environnementales[1]. Celle-ci concerne en premier lieu la mise en place d’un système de vérification et de pré-autorisation des allégations environnementales, pour protéger les citoyens des publicités trompeuses et empêcher l'éco-blanchiment.

Les instances bio se sont félicitées de cet engagement européen, partageant pleinement ces objectifs[2].
Jan Plagge, président d'IFOAM Organics Europe, a déclaré : « IFOAM Organics Europe soutient pleinement la lutte contre les allégations environnementales trompeuses et se félicite de l'avis du Parlement selon lequel le respect des limites planétaires devrait également être pris en compte lors de l'évaluation des allégations environnementales ».

En effet, cette avancée est aussi un pas de plus de reconnaissance que la méthode PEF (Empreinte environnemental basée sur l’ACV) n’est pas suffisante.

« Il est essentiel que

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Cet article d'Ingrébio vous intéresse ?

Ingrébio vous permet d'acheter des articles à l'unité pour vous aider dans votre veille !

S'ABONNER

INGREBIO MAG banner
Tous les contenus en illimité
à partir de 17€/mois

image_print